Histoire

Bugnicourt vers les années 1600
Bugnicourt vers les années 1600
Carte de Cassini 1750
Carte de Cassini 1750
Plan de Bugnicourt en 1812
Plan de Bugnicourt en 1812
Plan de Bugnicourt en 1866
Plan de Bugnicourt en 1866

Le nom du village viendrait de l'époque Gallo-romaine, du nom propre BUNUS  ou BUNO suivi de CURTIS désignant une COUR ou une FERME. Le nom du village apparaît dans les textes au XIème siècle:

Nom du village au cours des siècles:

  • BUISNICOURT en 1096
  • BUSNICURT en 1142
  • BUIGNICORT en 1213
  • BEUGNICOURT au XVIIIe

Des objets gallo-romains, dont une patère à tête de bélier, furent découverts au village en 1807, ainsi qu'une urne à incinération datant du haut Empire Romain (Ier et IIème siècles après J.C.), accompagnée de divers objets féminins (palette à onguent, miroir...). Ces découvertes attestent la présence d'une occupation romaine, sans doute sous la forme d'établissements agricoles. En effet, l'urne à incinération était utilisée dans le cadre d'habitats ruraux. Souvent, il ne s'agissait que de petites sépultures regroupées au fond du jardin, alors que dans le cadre de l'habitat urbain de véritables nécropoles étaient édifiées.


Le site castral de BUGNICOURT

Des fouilles archéologiques menées rue de la Rose d'avril à décembre 2005 suite à un projet de lotissements, mettent au jour le site castral de BUGNICOURT datant du XIe siècle (motte castrale située à 125 mètres à l'ouest de l'église). La zone fouillée est située sur une butte naturelle qui domine la campagne. Le site est occupé dès l'antiquité (une ferme) puis semble abandonné jusqu'au IXe-Xe siècles. C'est au XIe siècle qu'est construit le premier donjon en bois qui est simplement ceinturé d'une palissade et d'un petit fossé. Fin du XIe siècle, le donjon est doté de larges fossés, le site castral se compose d'une haute-cour où se trouve le donjon et d'une basse-cour aux bâtiments en bois comprenant une ferme et des structures agricoles. Entre 1150 et 1200, un nouveau donjon est construit, toujours en bois, la haute-cour est agrandie et un nouveau fossé est creusé. Vers le début du XIVe siècle, le site castral disparaît. Construit vers la fin du XIe siècle, au moment où les comtes de Flandre et de Hainaut se disputent l'Ostrevent, le donjon a sans doute joué un rôle lors de ces conflits. Outre cette motte, un château fort était établit de l'autre coté de l'église, à l'emplacement occupé aujourd'hui par une ferme.


Des seigneurs célèbres

En 1326, d'après Gilles de Musy, abbé de Saint Martin de Tournai: Eustache d'Auberchicourt, seigneur de Bugnicourt et autres lieux, riche propriétaire de terres sises sur Villers et Fressain, reçut courtoisement dans son château d'Auberchicourt, le jeune Prince de Galles et sa mère Isabelle de France, épouse du Roi Edouard II... ...la reine Isabelle passa au château fort de Bugnicourt où Eustache la reçu magnifiquement....

Vers 1370, la seigneurie de Bugnicourt fut unie à celle de Fressain, en possession d'Otte de Lalaing. Au XIVème siècle, Ponthus II de Lalaing, seigneur de Bugnicourt, fameux général de Charles-Quint, y possédait le château.

Le château fort de Bugnicourt fut brûlé en 1521 par François Ier. En 1581, les troupes françaises de la garnison de Cambrai l'occupèrent avant d'en être délogées par les troupes espagnoles. Le village ne devint durablement français que sous Louis IV.

Les familles de Sainte-Aldeonde-Noircarmes, Lebanc et de Trainel se succédèrent à la tête du village jusqu'à la Révolution. Le Marquis de Trainel, aujourd'hui bon géant de Villers-au-Tertre, fut à partir de 1728 le dernier grand seigneur de Bugnicourt, il est connu comme étant l'un des fondateurs des Mines d'Aniche dont l'histoire est racontée au Musée de la Mine de Lewarde.

Plusieurs bornes ont été découvertes dans les bois et portent les inscriptions FW: Flandre-Wallonie, BH: Bouchain en Hainaut. Ces bornes rappellent que le village fut rattaché à la province de Flandre-Wallonie en 1728 alors qu'il faisait partie du Hainaut depuis 1160. L'une d'entre elles décore aujourd'hui le massif de fleurs près du monuments aux mort.

(SOURCES: C.A.D Communauté d'Agglomération du Douaisis, Direction de l'Archéologie Préventive; Ecole Marcel Pagnol de Bugnicourt, SIRA)

 

**********

Pour en savoir plus sur l'histoire du village: résurgences senséennes